INTEGRAAL-concept

INTEGRAAL-concept

25- Installer un "STOP-J"

stop_pub_large.png


"L’effort qu’exige le jugement incessant est pratiquement intolérable, il est curieux qu’une aptitude aussi débilitante soit tellement chérie." UCM

 

Prendre conscience que nous jugeons sans arrêt, puis maitriser notre compulsion à juger constitue une grande partie du travail nécessaire à l'éveil spirituel. Il y a bien sûr un lien évident avec le pardon, car nous jugeons tout ce que nous n'avons pas pardonné au sens non-duel (voir ou revoir articles sur le pardon). C'est dans ce domaine que notre résistance est la plus grande car c'est le jugement qui a crée et soutient tout le monde illusoire auquel nous croyons, et surtout dans lequel nous VOULONS croire pour fuir notre culpabilité ontologique. Lorsque enfin plus aucun jugement se présente à notre conscience, il ne reste que la paix de l'esprit et la vision du monde réel.

 

Le premier pas donc, en matière de jugement, est de prendre conscience que nous passons notre journée à juger tout ce qui passe dans le champ de notre perception dès que nous ouvrons les yeux. Cela peut commencer par la météo qui nous déplait: "quel sale temps", par notre café trop fort ou pas assez chaud, par cette voiture escargot qui nous retarde pour aller travailler, par ce collègue de travail qui ne nous dit pas bonjour, par cet horrible vêtement porté par un autre collègue... et cela continue ainsi jusqu'au soir ou nous jugeons et critiquons les actualités à la TV, les politiciens, les artistes... jusqu'à que nous sombrions à nouveau dans le sommeil de la nuit. Par jugement il faut aussi entendre la moindre irritation, le moindre début de colère, qui témoignent de notre jugement sur la "réalité' non conforme à nos souhaits.

 

Cette phase "prise de conscience" est douloureuse car nous voyons un aspect de nous-même peu reluisant qui est resté longtemps caché, inconscient. L'ego se frotte les mains car notre premier réflexe est de culpabiliser devant notre "indignité". Comment pouvons-nous mériter l'éveil si nous passons notre temps à juger. Ainsi, au jugement du monde se cumule le jugement de nous-même. Ce piège est inévitable dans le processus mais nous pouvons en sortir dès que nous sommes prêts pour la seconde phase: Arrêter de juger notre jugement, et simplement l'observer en pleine conscience, et le remettre à la lumière (A Dieu, au St-Esprit, à Jésus, à votre Soi, à votre guide etc... garder la mention qui vous convient). Le problème est de pouvoir garder une attention suffisamment soutenue pour s'apercevoir d'une part que nous jugeons, et d'autre part, résister à le tentation de culpabiliser, de juger notre jugement.

 

"Dans un sens, lorsque vous vous surprenez à porter des jugements sur les gens, cela devrait être une chose heureuse parce que votre ego est exposé, et c'est ce qui permet à la guérison de se produire"  Ken Wapnick.

 

Pour nous aider à garder une conscience active tout au long de la journée, une vigilance au sujet de nos pensées et émotions, je propose donc un petit outil que j'ai imaginé et déjà testé pendant quelque mois. Il fonctionne assez bien me concernant en tout cas, je l'ai appelé le "STOP-JUGE" (ou STOP-J"). Tout le monde connait ces applications qui permettent de bloquer les publicités intempestives et envahissantes quand on navigue sur INTERNET. Une fois installées, elles apparaissent en haut dans l'écran sous forme d'un icone rouge en forme de panneaux "stop". Par analogie, il suffit d'imaginer (avec conviction) que l'on télécharge dans son esprit l'application STOP-J, en visualisant bien le petit panneau rouge dans un coin de notre esprit.

 

Il existe des outils intéressants en PNL pour installer de façon efficace un tel outil, par la technique de l'ancrage. Si vous connaissez un praticien (ouvert d'esprit) près de chez vous, il pourrait vous aider en réalisant ce protocole. Je peux également le faire (gracieusement) pour ceux intéressés qui habitent dans ma région. A défaut, chacun peux quand même installer le STOP-J tout seul s'il est suffisamment convaincu de son utilité... Par exemple, penser au dernier "gros" jugement que vous avez fait, et associez-le en esprit avec l'image du panneau rouge STOP-J (que vous pouvez personnaliser). Maintenez ce souvenir et cette image dans votre esprit plusieurs minutes, et plusieurs fois, jusqu'à que l'association soit évidente entre jugement et l'image du STOP-J.

 

Le but de cette application mentale n'est pas de supprimer le jugement ni de l'empêcher d'émerger car cela est impossible à notre niveau de conscience ordinaire. Son but est de nous alerter (le panneau rouge qui clignote) dès que nous sous surprenons à juger quoi que ce soit. Puis de nous rappeler avec douceur la vérité au sujet de l'irréalité de toute culpabilité, de notre innocence, ainsi que de celle des autres. Le but est de nous rappeler dans ces moments là tout ce que nous savons vrais à propos du jugement, de l'enseignement non-duel, mais que nous oublions trop vite, pris dans le tourbillon de la vie active. Une fois la prise de conscience effective grâce au STOP-J, le jugement s'effondre de lui même, sans fondement, et la paix revient dans notre esprit pardonné.

 

Rappelons-nous de l'iceberg de la culpabilité qui est immense : il n'est pas possible de le faire fondre rapidement, mais seulement progressivement, à l'usure, par chaque pardon répété à propos de nos jugements. Avec la pratique, nous voyons que les jugements diminuent en nombre et en intensité, mais il reste pour longtemps les "gros morceaux" (pardonner ses parents, pardonner la personne qui nous a quitté, qui nous a tué, pardonner son "bourreau", pardonner Dieu, se pardonner totalement d'avoir voulu s'en séparer...). Quand tout sera pardonné, et qu'il ne restera plus aucune trace de jugement dans notre esprit, le STOP-J n'aura plus d'utilité et se désinstallera de lui-même, ayant rempli sa fonction.

 

Alain – Juin 2019

 

 

" Comment le Fils de Dieu peut-il s'éveiller du rêve ? C'est un rêve de jugement. Ainsi doit-il ne point juger, et il s'éveillera. Car le rêve semblera durer tant qu'il en fait partie." UCM

 

 

Pour les étudiants du Cours en miracle, il peut être aidant de se souvenir, par exemple, de la leçon 243:

 

 

Aujourd’hui je ne jugerai rien de ce qui arrive.

 

 

1. Je serai honnête avec moi-même aujourd’hui. 2 Je ne penserai pas déjà connaître ce qui doit rester au-delà de ma présente portée. 3 Je ne penserai pas comprendre le tout à partir des bribes de ma perception, qui sont tout ce que je peux voir. 4 Aujourd’hui je reconnais qu’il en est ainsi. 5 Donc je suis relevé des jugements que je ne peux pas faire. 6 Ainsi je me libère et je libère ce que je regarde, pour être en paix tel que Dieu nous a créés.

2. Père, aujourd’hui je laisse la création libre d’être elle-même. 2 J’en honore toutes les parties, dans lesquelles je suis inclus. 3 Nous ne faisons qu’un parce que chaque partie contient Ton souvenir, et la vérité doit luire en nous tous ne faisant qu’un.



31/05/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser