INTEGRAAL-concept

INTEGRAAL-concept

1- Présentation générale du blog "Intégraal-concept"

 

 

Donner comme l’on a reçu

 

J’ai crée « INTEGRAAL concept », blog axé sur la philosophie non-duelle, dans le but de partager mes connaissances, mes recherches et mes expériences en la matière. Lorsque j’ai commencé à m’y intéresser il y a une vingtaine d’années, et de façon plus soutenue il y a une dizaine d’année, j’ai effectué de nombreuses recherches sur internet pour trouver des informations, des liens, des adresses, des auteurs, des livres, des témoignages ou même des stages. Certains sites (dont certains ont disparu aujourd’hui) m’ont été d’une grande aide, non seulement du point de vue de la connaissance acquise, mais aussi par rapport aux rencontres tout aussi précieuses qu’ils ont permis.

 

Ma quête du « graal » est loin d’être terminée mais elle m’a déjà permis d’énormes progrès dans ma façon de comprendre la/ma vie, de la gérer et de la rendre sereine dans un monde qui l’est pourtant de moins en moins. C’est pour moi un juste retour des choses de faire profiter à qui le veut bien, de l’expérience acquise tout au long de ce chemin à la fois intérieur et extérieur. J’aimerais simplement aider comme je l’ai été. J’ai aussi conscience de continuer à m’aider moi-même avec ce blog car il m’oblige à clarifier, expliquer au mieux les idées pour les rendre intelligibles puis utilisables de façon concrète au quotidien. Je partagerais également des ressources dites « externes » (notamment celles de quelques sages reconnus de la non-dualité) avec lesquelles je suis au moins en partie en accord, pour éclairer au mieux le sujet de la non-dualité.

 

Au delà des concepts et des mots

 

Les articles introductifs « conceptuels » (à lire en priorité) pourraient laisser penser que ma démarche est exclusivement intellectuelle et ne pourra intéresser que les cérébraux ou les initiés. Il n’en est rien, l’objectif est bien de rendre accessible au plus grand nombre une philosophie qui peut aussi s’appliquer de façon très concrète si tel est notre choix. Simplement, il me parait important de faire connaître les bases incontournables de la non-dualité, qui sont au coeur de presque toutes les spiritualités de ce monde. Pour la plupart d’entre nous, comprendre est essentiel avant d’appliquer correctement et efficacement, car la non-dualité est avant tout une pratique de vie. Mais une pratique correcte nécessite la compréhension correcte de concepts dans un premier temps, puis leur utilisation correcte dans un second temps. Par exemple, si nous ignorons ce qui permet vraiment de lâcher prise (un terme très en vogue), nous aurons vraiment du mal à lâcher prise par la volonté seule. Je cite au sujet des concepts Stanley Sobottka, un auteur qui reviendra souvent dans ce blog.


« Les concepts dans les enseignements spirituels sont utilisés comme pointeurs vers la réalité plutôt que comme concepts pour être crus. En termes pratiques, cela signifie que la fonction d'un concept est de faciliter la désidentification(*).. Il en résulte un sentiment de liberté et de paix, et de la libération de la souffrance. Ceci est sa seule fonction. S’il ne parvient pas à le faire, le concept est au mieux inutile, et au pire, il renforce l'identification. Une analogie souvent utilisée par les maîtres spirituels pour illustrer ce point est que le concept est comme un doigt pointé vers la lune (Réalité). Quand on voit la lune (lorsque le réveil se produit), le doigt est oublié.

 

Cependant, une erreur commune parmi les chercheurs spirituels est de considérer le concept lui-même comme la vérité, et donc à s'y accrocher. Cela ressemble à adorer le doigt plutôt que de regarder ce qu'il pointe. Ce faisant, l'ego évite une menace pour son existence. Par exemple, si une religion considère ses concepts comme la vérité, elle idolâtre le doigt. Une autre erreur consiste à examiner un concept spirituel et d'ignorer vers quoi il pointe à cause de la résistance à la notion elle-même. Encore une fois, l'ego évite une menace pour son existence. La plupart des matérialistes et de nombreux scientifiques font cette erreur quand ils refusent de remettre en question la réalité de la «réalité objective»(*).

 

(*) Les termes « désidentification » et « réalité objective » seront expliqués par ailleurs dans ce blog dans le cadre de la non-dualité.

 

A la recherche du bien-être

 

Comme je l’ai esquissé dans le petit mot introductif en page d’accueil, derrière les apparences de la multiplicité et des différences, la plupart des êtres humains n’ont au fond qu’une aspiration : trouver le bonheur et la paix. Bien sûr, trop souvent encore dans le monde, bien des personnes aspirent simplement à survivre, à manger et dormir sous un toit. Cet aspect de la problématique humaine ne sera pas occultée. Nous nous demanderons aussi pourquoi des êtres comblés matériellement sont parfois plus malheureux que des êtres démunis ou vivant modestement. En occident et dans tous les pays développés, le bien-être est devenu un marché très lucratif sous des milliers de formes. Je m’interrogerais sur son fondement et son efficacité réelle, avant de proposer une approche que je qualifierais de « Bien-être durable », en rapport bien sûr avec la philosophie non-duelle telle que je la conçois.

 

A travers ce blog, mon objectif est aussi de proposer une approche différente de la dualité orthodoxe, une approche libre (de tout dogme, école ou paroisse), une approche pragmatique (tournée vers l’efficience ), une approche inclusive et intégrative (en prenant ici ou là ce qui fonctionne pour l’insérer dans un tout cohérent) et enfin une approche contextuelle (ce qui est « bon » pour un individu à un moment de sa vie, dans une culture donnée, ne l’est pas forcément pour un autre, ni même pour lui à une autre étape de sa vie). Partager uniquement des paroles et écrits d’enseignements connus est utile, mais suffisamment de sites ou de blogs le font déjà. Je préfère donc partager également mes conclusions et expérimentations, au risque d’être incompris ou même de choquer parfois. Je ne cherche pas la popularité et chaque lecteur qui passe ici prendra ce qui lui convient, ce qui l’aide, et oubliera le reste.

 

Vos avis sont les bienvenus

 

Les idées émises dans ce blog sont le résultat de mes recherches et de mes convictions, mais je ne prétends pas posséder la science infuse et je suis bien loin d’être un « érudit ». J’accepte les critiques, les avis contradictoires, les observations, les suggestions, les remises en cause car c’est la meilleure façon de progresser. Je n’hésiterais pas non plus à publier des contributions et témoignages de lecteurs (avec leur autorisation bien sûr) si elles sont éclairantes ou enrichissantes. N’hésitez donc pas à m’écrire (Cliquer sur « Contact » en bas de la page d’accueil). Inversement, les articles présents dans ce blog peuvent être reproduits librement à condition qu’ils ne subissent aucune modification et que leur source soit citée.

 

Qui suis-je ?

 

Enfin, pour conclure cette présentation générale, je me contenterais de vous dire seulement quelques mots sur moi car ce n’est pas important (le message l’est davantage) : D’un point de vue social, je suis de sexe masculin,  issu d’une formation scolaire classique de type technico-commerciale à laquelle s’est ajoutée il y a peu une formation de praticien PNL (voir article à ce sujet). Je suis salarié dans le domaine tertiaire, dans une entreprise à caractère social. Intéressé depuis mon plus jeune âge par le fonctionnement de l‘être humain, j’ai consacré beaucoup de mon temps libre à l’étude des domaines en rapport : science, philosophie, psychologie, communication, métaphysique, spiritualité..etc. Et j’en suis venu à la conclusion « non-duelle » que toutes ces disciplines pouvaient être conjointement mises au service d’un seul objectif : percer le mystère de la vie et libérer l’être humain. Dans une moindre mesure, et plus modestement, je m'efforcerais de montrer en quoi la non-dualité peut simplement nous aider à vivre plus sereinement.

 

Bonne exploration non-duelle

 

Alain – Octobre 2016


01/10/2016
0 Poster un commentaire

2- L’approche PNL au service de la philosophie non-duelle


 

En quelques mots, la PNL (Programmation-Neuro-linguistique) analyse ce que l'être humain fait de mieux (l’excellence) pour le reproduire à travers des « modèles ». Elle a été crée par Richard BANDLER (psychologue) et John GRINDER (linguiste) dans les années 70, puis s’est enrichie et développée continuellement grâce à l’apport de nombreux autres chercheurs comme Gregory BATESON ( psychologie, sociologue, philosophe) , Robert DILTS (auteur), Virginia SATIR (psychothérapeute) et bien d’autres par la suite.

 

La PNL est généralement définie comme une approche, une méthodologie, et un ensemble de techniques appliquées au développement personnel et professionnel. Ses principaux domaines d’action concernent :

- Notre perception et notre vision du monde.

- Nos capacités et nos ressources.

- Nos évolutions et nos changements (subis ou délibérés).

- Nos relations et notre manière de communiquer.

 

Par exemple, la PNL est utile pour approfondir la connaissance de soi et des autres, pour gérer ses émotions, clarifier ses objectifs et ses aspirations, faire plus facilement des choix conscients ou encore modifier des comportements inadaptés ou douloureux. Dans un sens plus large, la PNL est une philosophie permettant de piloter sa vie et lui donner du sens, elle aide à prendre sa place dans la société, à grandir et s’épanouir.

 

Un certain nombre d’outils utilisés en PNL sont pertinents dans la compréhension et la pratique de la philosophie non-duelle. En effet, des modèles comme celui des « niveaux logiques »  va permettre non seulement d'élargir la compréhension d'une problématique par une approche globale et systémique, mais aussi d'organiser les techniques en fonction du niveau où elles interviennent. (contextualisation). La PNL propose aussi des protocoles visant à transformer des croyances inadaptées afin de changer sa perception du monde, ce qui représente un objectif essentiel de la non-dualité.

 

En tant que praticien PNL, je propose des séances d’accompagnement essentiellement axées sur la connaissance de soi, le développement personnel, les problèmes relationnels, les problèmes de communication, la gestion du stress, et le manque de confiance en soi. La finalité étant toujours d’aider la personne à puiser dans ses propres ressources (le plus souvent insoupçonnées), afin qu’elle puisse ensuite s’aider elle-même. Dans une perspective plus globale de quête de sens et de recherche de paix, je peux aussi proposer un accompagnement dans la pratique de la philosophie non-duelle telle qu’elle est envisagée à travers les publications de ce site.

 

Etes-vous prêts à découvrir une version plus grande de vous même ?

 

Alain


01/12/2016
0 Poster un commentaire

3- Les niveaux logiques

Les niveaux logiques font partie des protocoles majeurs de la PNL, non seulement en tant qu’outil de développement personnel lors d’accompagnement en séance, mais aussi, en tant que grille de lecture du fonctionnement humain. C'est une puissante grille d'analyse élaborée par le chercheur américain Robert DILTS qui a formalisé ce modèle et l’a intégré à sa pratique. Lui-même s’est inspiré des travaux de Grégory BATESON sur les niveaux d’apprentissage. Je cite la présentation de Wikipedia, qui a le mérite de la clareté, au sujet de l’utilisation des niveaux logiques :

 

«  Ce modèle permet de faire, dans un contexte donné, des distinctions entre des informations qui sont à des niveaux logiques différents. Cela sert à ne pas faire de confusion de niveaux logiques, par exemple de ne plus dire « Il ne fait rien donc c'est un fainéant », car ne rien faire est simplement un comportement qualifié de « fainéant » et c'est donc une identité. Celle-ci n'est pas définie par les comportements dans un contexte donné[5]. Le fait de s'interroger sur tous les niveaux développe une vue plus globale d'un problème. Lorsqu'une situation problématique est analysée, ce modèle invite à cerner le ou les niveaux où se situe le problème. Pour le résoudre, une solution au niveau supérieur est nécessaire car il y a bien une hiérarchie entre ces niveaux[6].

 

Par exemple, si quelqu'un n'a pas confiance en lui, en sa réussite, le problème se situe au niveau de ses croyances. Ce n'est pas en intervenant au niveau des comportements qu'il réussira (comme exiger qu'il se présente à une demande d'emploi). Ce ne serait que de l'agitation. Il peut, d'une manière plus pertinente, se recentrer sur le sens de sa réussite dans sa vie (niveau identité), comme prendre conscience du fait qu'il mérite cet emploi pour retrouver ainsi son estime de soi et se présenter dans un tel esprit à un employeur qu'il a plus de chance de se faire engager. L'intervention dans ce cas se situerait au niveau supérieur à celui du problème et non inférieur. Les niveaux logiques ont permis de classer toutes les techniques de changement en fonction du niveau auquel elles interviennent et donc de les utiliser à meilleur escient. »

 

 

pnl.png

 

 

Il est important de souligner que ces niveaux logiques sont hiérarchisés : Toute modification dans niveaux supérieurs entraînent obligatoirement une modification dans les niveaux inférieurs, dans une série de répercussion en chaîne. La PNL précise que la réciproque existe mais de façon plus aléatoire. Cette réciprocité constitue selon moi un point de désaccord avec la non-dualité mais ce débat fera l’objet d’un autre article. Quoi qu’il en soit, cet outil peut s’avérer utile à plusieurs titres pour la pratique de la philosophie non-duelle :

 

Dans le cadre d’un protocole PNL « classique », il permet l’alignement des niveaux afin d’augmenter la cohérence interne d’une personne, qui devient ainsi plus « unifiée » dans ses actions. En effet il existe de nombreuses dualités en nous-même, de parties différentes qui se contredisent et s’opposent, nous empêchant de vivre harmonieusement selon une ligne de conduite stable.

 

Sur le plan des croyances et valeurs, épaulé par d’autres protocoles spécifiques, ce modèle nous permet de remettre en cause nos croyances inadaptées ou source de souffrance. Exemple : « je suis un bon à rien ». Mais il peut aussi remettre en question des croyances plus collectives, telle que la réalité objective du monde, ouvrant les portes à la vision non-duelle.

 

D’une manière plus globale, ce modèle nous invite à explorer les niveaux logiques supérieurs pour élargir la perception que nous avons de nous même, de la place que nous occupons dans le monde, et de la nature de celui-ci. Et si nous appartenions à un ensemble qui transcende toutes les différences perceptibles entre chaque individu ? Et si toutes les séparations n’étaient qu’apparentes ? Jusqu'où pouvons-nous remonter dans les causes à l'origine de notre existence ?

 

Les niveaux logiques ne sont pas un gadget intellectuel de plus, mais un outil puissant qui permet aussi de décoder bien des fonctionnements humains pour agir sur eux, tant sur le plan individuel que collectif. Par exemple il peut aider à expliquer pourquoi les régimes alimentaires, les campagnes de répression routière ou la lutte anti-tabagique ne fonctionnent pas ou très mal. On ne peut pas résoudre durablement un problème au niveau ou il se manifeste, mais seulement au niveau ou il prend racine, le plus souvent au niveau des croyances.

 

Alain


01/12/2016
0 Poster un commentaire

4- Le concept de dualité dirige le monde


 

Préambule : Qu’est-ce qu’un concept ?

Nous allons souvent parler de « concept » dans ce blog, essentiellement dans sons sens littéral, celui d’une idée, d’un objet de la pensée, d’une représentation mentale, ou encore un objet de la conscience. On pourrait presque dire que le concept est à l’esprit ce que l’atome est à la matière (dans la conception de la physique classique) : une unité d’idée. Tout ce qui compose notre perception est une accumulation et une succession de concepts. Nous en parlerons aussi sous un aspect plus général, comme un projet, un ensemble d’idées secondaires articulées autour d’une idée directrice (exemple : « intégraal concept »).

La conceptualisation est une forme primordiale de dualité : Elle sépare tout en objets et entités distinctes, et leur donne un nom. Il s’agit d’un processus appris qui n’existe pas en état de sommeil profond (sans rêve) et chez le nouveau- né. La conceptualisation  semble donc fragmenter la réalité en milliard d’objets-concepts différents. Or nous verrons plus loin que cette fragmentation s’effectue seulement au niveau de la perception, et que la réalité (entière et Une) n’en est pas affectée. Bien que tous les concepts soient « faux » car non réels (séparatifs), nous verrons dans un autre article que certains d’entre eux peuvent pointer vers la réalité et nous en rapprocher, tandis que la plupart nous en éloignent.

 

Qu’est-ce que la dualité ?

Par définition, la dualité se compose de 2 éléments de nature différente. Elle s’oppose au concept de non-dualité (unité, ou monisme) selon lequel rien n‘est séparé de rien et forme un tout indivisible sans frontières ni limites. Par extension de langage dans les domaines qui nous intéressent ici (philosophie, spiritualité), la dualité se réfère également à des concepts tels que la séparation, la fragmentation, la polarisation et la multiplicité.

 

Si nous prenons un peu de recul pour observer le monde dans lequel nous vivons, nous voyons bien qu’il est composé d’innombrables dualités. Celles-ci nous apparaissent comme des paires polarisées, chacune étant indissociable l’une de l’autre, car se définissant l’une par l’autre. Et la fusion des éléments contraires annulerait la paire, tout comme le + et le – s’annulent. Les exemples ne manquent pas, dans le domaine abstrait (esprit) comme dans le domaine concret (objets), puisque le second découle du premier (conceptualisation).

Duel/non-duel/ Conceptuel/réel, Existence/inexistence, masculin/féminin, petit/grand, loin/proche, chaud/froid, haut/bas, fort/faible, bien/mal, amour/haine, loin/près, ami/ennemi, beau/laid, droite/gauche… etc.

En fait, tous les concepts du monde ont leurs opposés, car c'est cette dualité polarisée qui les fait exister dans le monde de la perception. Même le concept « neutre » est associé au concept « pas neutre », ou le concept « je » est indissociable du concept « pas je ».

 

Ce constat étant fait, nous pourrions légitimement nous demander quelle est l'origine de la dualité. Nous y reviendrons dans d'autre articles mais l'on peut déjà mentionner quelques hypothèses : selon l'approche matérialiste ou cartésienne, l'univers physique ne peut exister qu'à travers ce principe de dualité/polarité, tout comme le courant électrique existe par bipolarisation, c'est une condition siné qua none. Selon l'approche religieuse, les ennuis ont commencé lorsque d'Adam et Eve ont mordu dans le fruit défendu (péché les expulsant de l'unité du paradis). Selon d'autres approches, la dualité est née d'un choix d'expérimentation au sein de la matière, un choix qui peut s'avérer être une erreur selon les points de vue métaphysiques !

 

Les 3 principaux niveaux de la dualité : la croyance en une réalité extérieure

La classification que je propose ici est subjective et n’a pas prétention à valeur universelle. Elle a juste un objectif de simplicité car il n’est pas nécessaire de rentrer trop dans le détail d’un système duquel nous voulons justement échapper, car cela à pour conséquence de le renforcer (voir article sur l’EGO).

 

  1. Le matérialisme : Le matérialisme est le concept selon lequel tout est régi par les lois physiques, que tout est matière et/ou énergie. Tout ce qui est exclus du champ physique/énergétique est donc secondaire et considéré comme excroissance ou épiphénomène. A ce niveau, il y a donc croyance que l’esprit et la conscience sont dérivés de la matière, et que la pensée est impossible sans cerveau. Le matérialiste dit : « je suis un corps ». Concrètement, la vie d’une personne matérialiste est axée sur l’acquisition et la manipulation de biens matériels, dans le but d’obtenir un maximum de satisfaction et de plaisir. Elle n’a pas d’autre but car elle est justement gouvernée par la croyance de la loi physique. Un des problèmes majeur de cette philosophie est de ne pas pouvoir expliquer l’origine de la conscience et son fonctionnement, ni l’origine de la matière d’ailleurs. Mot clef : inconscience

 

  1. Le dualisme cartésien : Dans cette philosophie exprimée par René Descartes (1596-1650), l’esprit et la matière sont 2 substances distinctes et indépendantes mais cette fois l’être est plutôt identifié à l’esprit et non au corps. L’esprit, hors de l’espace physique est indivisible et possède la faculté de penser, comprendre, sentir, ressentir, imaginer et vouloir. Le corps et les objets physiques suivent leurs propres fonctionnements. L’esprit tente de les expliquer objectivement (littéralement comme des objets) et rationnellement. Le cartésien dit : « Je suis un esprit et j’ai un corps ». Outre l’inconvénient déjà cité pour le matérialisme, l’approche cartésienne n’explique pas la relation entre esprit et matière, et l’influence réciproque qu’ils peuvent avoir. Elle ne dit pas non plus si les animaux ont un esprit. Mot clef : dichotomie

 

  1. Le dualisme religieux :   Contrairement aux 2 autres dualités, la pensée religieuse propose une explication sur notre origine et celle du monde, à travers divers dogmes métaphysiques variant selon les régions, les époques et les cultures. La religion peut être définie comme un ensemble de croyances ainsi qu’ une structure permettant d'appliquer le système de croyance. La structure peut être ouverte, comme dans une religion conventionnelle, ou elle peut être plus subtile (pression pour se conformer aux idées d’un groupe). Le religieux dit : « c’est Dieu qui a crée le monde, mon corps et mon esprit, et je dois me soumettre à sa volonté ». L’inconvénient de la théologie réside dans son système de croyance dualiste (nous sommes séparés du créateur) qui contient des concepts que l'on nous demande de croire comme la vérité, mais qui ne peuvent être vérifiée dans l'expérience directe de l'individu. De plus, chaque religion croyant détenir la vérité, il n’y a pas de paix possible (cf. guerres de religion). Comme nous le verrons par ailleurs, ce n’est pas le concept de Dieu lui-même qui est en cause, mais les interprétations qui en sont faites. (comme celles qui qui s’acharnent à créer un Dieu à l’image de l’homme, et le voir extérieur à nous). Mot clef : croyance

 

 

La dualité engendre le conflit

 

Lorsque coexistent 2 concepts opposés (paires duelles), il y a forcément un conflit potentiel prêt à éclater à chaque instant. Rappelons-nous que le mot duel signifie également « combat, lutte, compétition », ce qui n'est pas anodin. Sur le plan physique, le fonctionnement du climat de la terre peut donner une image assez parlante du processus de dualité. Ici, la paire duelle est composée d'un pôle froid (pôle nord ou sud) et d'un pôle chaud (équateur). La limite entre les deux masses d'air très différentes si situe au niveau de la zone dite tempérée, à mi-chemin entre ces 2 pôles. C'est à ce niveau que se forment les conflits météorologiques : dépressions, ouragans, tornades. Cela n'empêche pas des moments de calme (anticyclones), mais en raison de la rotation de la terre, à la moindre oscillation des masses d'air, celles-ci s'enroulent dans un tourbillon et c'est la perturbation atmosphérique : la dépression. Il en est de même sur le plan psychologique...

 

 

Un univers duel ne peut connaître ni le bonheur ni la paix

 

Dans tous les systèmes philosophiques pré-cités, il y a dualité esprit/matière, et croyance donc en la réalité objective de la matière. Or, aucun de ces systèmes de pensée ne peut nous combler durablement et nous apporter la paix. En effet, ils sont tous basés sur la séparation et le manque, donc la souffrance. Les biens matériels semblent nous satisfaire un moment, mais bien vite, il faut en changer dans une frénésie sans fin car la lassitude et la frustration s'installent vite. Ils ne comblent pas un vide existentiel sous-jacent, dans une vie en manque de sens et de sérénité. Il suffit d'observer le monde et la plupart de nos vies pour s'en convaincre, mais nous y reviendrons. La religion, quand à elle, propose un système de valeurs morales, de croyances « clef en main », mais au prix de la peur (de Dieu) dans l'asservissement et la foi aveugle. A la frustration du corps finit par s'ajouter la frustration spirituelle et la dualité y culmine dans la fameuse lutte entre le bien et le mal, Dieu et le diable.

 

« La croyance largement répandue dans le matérialisme a des effets profonds dans nos vies et dans notre société. Si nous croyons de cette façon, nous devons conclure que tout, y compris nous-mêmes et toute la vie, est régie entièrement par la loi physique. La loi physique est la seule loi qui régit nos désirs, nos espoirs, notre éthique, nos objectifs et nos destins. Nous pouvons penser que nous sommes totalement en désaccord avec cette philosophie, mais réfléchissons un peu plus. Ne pensons-nous pas que nous sommes les serviteurs et les prisonniers de notre corps; que nous devons obéir à ses ordres, sous la menace de la faim, la soif, la maladie et l'inconfort si nous ne le faisons pas? N'est-ce pas le bien-être de notre corps qui est notre principale préoccupation, dans la mesure où il est au cœur de nos plans pour tout notre avenir ou pour revivre tout notre passé? Même si l'on substitue le corps de quelqu'un d'autre à la place de notre propre dans les questions ci-dessus, les mêmes conduites nous dominent encore. Nous sommes presque totalement orientés par notre corps, c'est-à-dire la matière. Il y a peu, le cas échéant, de liberté dans cette situation ». (S.Sobottka – Un Cours en conscience)

 

Alain - octobre 2016


31/10/2016
0 Poster un commentaire

5- Introduction au concept de non dualité

 

 

La non-dualité est un changement de perception

 

La dualité telle que nous l'avons définie dans l'article "introduction au concept de dualité" est une séparation, une fragmentation apparente dans notre perception, et non pas dans la réalité. Si telle était le cas, toute idée de non-dualité serait vaine et le monde serait condamné à rester tel qu’il apparait pour l’éternité. Or de nombreux sages de toutes époques en sont venus à la même conclusion, ainsi que plus récemment en occident, des chercheurs émérites, en particulier dans le domaine de la physique quantique: l'unité est notre vraie nature. Ainsi, la pratique non-duelle n'est pas une démarche cherchant à recoller les pièces dispersées d'un vaste puzzle cosmique (comme tente de le faire le savoir intellectuel classique). Elle vise plutôt à changer la perception morcelée, à la fois de nous-même, mais aussi du monde pour en reconnaitre l'intégrité et l'unité. Elle ne construit rien, et ne détruit rien, si ce n’est nos fausses croyances.

 

La non-dualité, plus rarement appellée monisme désigne l'unité fondamentale qui sous-tend la diversité apparente et la multiplicité des formes du monde sensible (tel qu’il est perçu). Elle désigne aussi les approches philosophiques ou pratiques qui conduiraient à réaliser la nature de cette unité. C’est un enseignement représenté dans plusieurs traditions comme l’hindouisme, le Bouddhisme, le Taoïsme. Son but est de réaliser notre vraie nature par la compréhension intime que nous ne faisons qu’un avec le Tout. Il existe également une non-dualité « occidentale » représentée par des mystiques chrétiens comme Jean de la Croix et Maître Eckhart. Leur expérience étant donc à contre courant des églises dominantes.

 

 

Un concept duel qui pointe vers la non-dualité

En général, le concept de non-dualité fait référence au dépassement de l'ego (gardien de la dualité) qui laisserait place à la plénitude, l’amour inconditionnel, la fusion complète avec le Tout (ou le rien, selon les courants). L'ego est le principe qui pousserait les êtres humains à occulter le Soi, (notre vraie nature unifiée) par l'identification au corps, à l'histoire personnelle, au rôle social, et à toutes les formes de séparation, de rejet, de repli, avec toutes les souffrances qui en découlent. Il existe de nombreuses variantes de cet enseignement sur la nature du Soi et de l’ego. Mais généralement, il s’agit de transcender la dualité induite par l'ego pour accéder au bonheur, à la paix, et à l'amour inconditionnel, envers soi-même et les autres.

 

Comme je le développerais par ailleurs, on ne peut pas comprendre la non-dualité et encore moins la vivre sur commande avec une recette toute faite ou une pratique quelconque. Nous pouvons juste préparer, installer un état d’esprit favorable à sa venue: l’état de paix intérieure. Nous ne pouvons pas non plus l’expliquer, sauf indirectement avec des concepts et des symboles eux-mêmes duels car notre mental-esprit ne peut percevoir et raisonner que de cette façon, étant produit premier de la dualité. Le simple fait qu’il existe plusieurs enseignements de la non-dualité (paradoxe) prouve que nous restons dans le cadre de l’ego dans n’importe quelle transmission d’enseignement. Comme le dit le proverbe, il faut s’efforcer de regarder la lune, pas le doigt qui pointe la lune : regarder vers quoi pointe le concept (la non-dualité) et non pas le concept lui-même (la dualité). Comme le dit le sage indien Nisargadatta Maharaj, il faut s'orienter vers ce qui précède les concepts.

 

 

Les 3 principaux niveaux de la non-dualité

J'ai distingué dans l'article d'introduction à la dualité, 3 niveaux, 3 approches différentes. De même en ce qui concerne la non-dualité, on peut distinguer 3 niveaux qui sont en quelque sorte les "équivalents", les "antidotes" correspondants. Notons encore ici que nous restons dans le fonctionnement duel du monde de l’ego avec ses paires de concepts opposés: Par exemple, au 2ème niveau, la non-dualité conceptuelle s'oppose au dualisme cartésien (voir ci-dessous). Nous verrons aussi dans l’article sur les niveaux logiques que le terme “niveau” n’a pas de connotation péjorative, mais fait référence à des strates de fonctionnement logique différentes.

 

a) “Non dualité”matérialiste:

Ce premier niveau ne peut pas réellement être défini comme non duel, bien qu’il soit “vu” ainsi de l’intérieur, mais il en symbolise une première approche, une volonté d'unification, dans une perspective athée. Bien que subsiste la dualité esprit/matière (monde considéré comme objectif, réel et extérieur à soi), il y a une tentative pour considérer le monde matériel comme formant un tout indivisible et interdépendant. Dans l'idée, c'est par exemple le big-bang des physiciens qui considère l'univers comme une entité, le communisme marxiste soviétique, l'écologie intégriste des occidentaux, et dans une moindre l'utopisme hippi issu de mai 68... Ces rapprochements peuvent sembler osés mais derrière chacun de ces termes il y a l'idée qu'une idéologie d’unification "forcée" au plan matériel implique un certain totalitarisme sur le plan social. Là encore nous y reviendrons à d'autres occasions. Globalement, un des inconvénients principaux est ici la vision très réductrice, mécanique et passive de l'être humain.

 

b) Non-dualité conceptuelle :

A ce niveau, la conscience et tout, et tout est conscience. Selon les courants et auteurs, cette pure conscience est assimilable à l'esprit de Dieu... ou pas. Elle est primordiale et constitue la réalité fondamlentale de l'univers. Platon fut l'un des premiers philosophes a proposer une vision du monde dite “idéaliste”, à travers sa célèbre allégorie de la caverne. Elle nécessite l'existence d'un royaume dit "transcendental" qui transcende l'espace et le temps, tout en étant leur source. Toute manifestation a son origine dans ce royaume, apparait puis disparait à chaque instant sur l’écran du monde. L'existence de ce royaume est invérifiable rationnellement mais permet d'expliquer tous les phénomènes de perception dans la conscience. Puis, la version "moderne" de cette non-dualité parle de concepts non réels dans la conscience, qui elle seule est réelle. Ce niveau regroupe de multiples approches et enseignements, dont les plus connus en occident sont l'Advaita (littéralement “non-deux”), le Néo-advaita, le Boudhisme dans sa forme originelle. On peut faire entrer dans ce groupe la plupart des non-dualités en vogue à l'heure actuelle, y compris certains courants issus de la physique quantique. Il faut retenir de cette non-dualité qu'elle réfute la réalité du monde sensible, qui n'est qu'un ensemble de concepts virtuels dans notre conscience-esprit. J'ai développé dans un article dédié ce qui me semble être les inconvénients de cette approche, même si elle constitue un progès considérable par rapport au 1er niveau et même une révolution culturelle..

 

c) Non-dualité transcendante :

A défaut de dénomination vraiment adéquate, j'ai appelé ce niveau la non-dualité transcendante. Elle présente des points communs avec la non-dualité conceptuelle (par exemple sur l'irréalité du monde sensible), mais va plus loin en postulant le fait que la conscience n'est pas l'état ultime à atteindre, ni notre vraie nature. En effet, “au dessus” de la conscience, qui selon elle est encore du domaine de la dualité, se trouverait l’existence du pur esprit ou esprit de Dieu, inconnaissable depuis notre perception duelle. Mais Il s'agit d'un Dieu totalement différent de celui de la religion, comme nous le verrons dans les articles dédiés. Par ailleurs, contrairement au précédent niveau, elle propose une métaphysique subtile et sophistiquée pour expliquer l'origine du monde, de l'existence et de la dualité, ce que ne fait pas la non-dualité habituelle (“tout arrive spontanément”). L'inconvénient de cette approche est la nécessité d'accepter des postulats non vérifiables directement, en tout cas au début d’une quête spirituelle. Il nous est demandé de faire le "saut de la foi" en faisant confiance à notre guide intérieur pour nous emmener progressivement vers la non-dualité absolue, faite de paix, de liberté, et de joie.

 

La fin du monde objectif

Dans ce blog, nous nous intéresserons principalement aux 2 derniers niveaux de non-dualité, qui représentent une véritable révolution dans le paradigme de la pensée classique. (voir article à ce sujet) En effet, peu de gens sont sont prêt à accepter l’idée que ce monde n’est pas réel, qu’il n’est qu’une projection de notre esprit, et qu’il est donc totalement subjectif… Pourtant, si nous définissons la réalité comme tout ce qui est objectif, unifiée, éternel, incorruptible, illimité, nous devons constater que ce monde ne l’est pas. Si pour nous réalité rime avec objets solides, alors la non-dualité n’est pas encore pour nous. Ainsi nous pouvons toujours remettre en cause cette définition qui reste encore un concept, et nous contenter d’une non-dualité matérialiste (1er niveau). Mais notre esprit, notre âme, notre intuition, en tous cas pour de plus en plus d’entre-nous, ressentent intuitivement que le monde est beaucoup plus que ce que nos sens nous laissent entrevoir. Par dessus-tout, si de nombeux sages ont atteint la paix de l’esprit, il y a un réel espoir que tout être humain puisse y accède un jour.

 

Promesses et dangers de la non-dualité

Dans ce bref exposé introductif, je me suis limité aux principes de base communs aux principales philosophies non-duelles connues. Mais il existe aussi de nombreuses divergences qui rendent le chemin d’accès parfois délicat et confus. Par exemple, un thème important qui sera souvent traité est celui du libre arbitre et sa remise en cause. Une idée aussi difficile à entendre que celle de l’irréalité du monde. D’autres divergences concernent bien sur les pratiques, innombrables et il est facile de s’y perdre. Toute démarche de clarification peut donc être utile avant de se lancer dans la philosophie non-duelle. J’espère que ce blog sera une modeste contribution en ce sens. Très souvent, l’approche de la non-dualité est initiée par un appel intérieur. mais une bonne ouverture d’esprit et une grande motivation sont nécessaires. Celui qui n’est pas prêt ne s’y attardera pas, et celui qui est heureux sans elle n’a aucune raison de s’y intéresser. Cela arrive en général quand toutes les voies classiques du matérialisme et de l’intellectualisme ont échoués à nous apporter durablement la paix.

 

"Le début de la transformation intérieure est un profond sentiment d'insatisfaction totale avec la vie, autrement dit le calme (dispassion). Ceci est le point de la rotation vers l'intérieur de la conscience personnelle. C'est le point de non-retour dans la quête de la source de la vie.."

Ramesh BALSEKAR

 

 

Alain - Octobre 2016

 


31/10/2016
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser