INTEGRAAL-concept

INTEGRAAL-concept

Les expériences de Libet et leurs implications sur le libre arbitre

libet 4.png

 

NT: Le libre-arbitre est défini ainsi par S.Sobottka : "Une décision est libre si un agent aurait pu décider autrement"

 

Dans une série d'expériences révolutionnaires rapportées en 1973, Benjamin Libet (cité comme chercheur en physiologie américaine, 1916-2007) a montré que la première prise de conscience de l'expérience d'un stimulus sensoriel se produit environ 500 msec (0,5 sec) après le stimulus lui-même (voir le diagramme ci-dessous) [référence subjective du calendrier pour une expérience sensorielle consciente: un rôle fonctionnel pour le système de projection spécifique somatosensoriel chez l'homme, par Libet, Wright, Jr., Feinstein, et Pearl, Brain 102 (1979) 193-224]. Ces expériences consistaient à appliquer de petites impulsions électriques à la peau des mains des patients qui subissaient une chirurgie du cerveau, puis mesurer les signaux électriques résultant des électrodes implantées dans le cortex sensoriel. L'impulsion initiale négative évoque le potentiel primaire de l'influx nerveux voyagent de la main vers le cerveau --- il apparaît 10-30 msec après le stimulus de la peau. La vague suivante (moyenne réponse évoquée ARE) est la réponse du cerveau au stimulus.

 

libet 1.png

 

Les expériences ont montré qu'aucune de nos expériences de perception sont dans le temps objectif, mais, en fait, sont retardés d'environ une demi-seconde après les événements objectifs. (Le Temps objectif est comme le temps observé sur une horloge ou un autre instrument de mesure.) Ce délai est le temps nécessaire pour l'ARE à elever le niveau nécessaire pour la sensibilisation par l'expérience (de suffisance neuronale). (D'autres expériences ont montré la nécessité de l'adéquation des neurones pour que l'expérience subjective se produise.) Cela signifie qu'il est impossible de répondre volontairement en moins de 500 msec à un stimulus externe puisque notre expérience est toujours retardée d'autant. [Libet. et al. ont également montré que, des réponses comportementales réflexives significatives mais inconscientes peuvent se produire en aussi peu de temps que 100 ms après un stimulus, montrant que le comportement significatif n'a pas besoin d'être un comportement conscient (par exemple, un sprinter explose des starting-blocs après le coups de feux du pistolet)

 

[En outre, Libet a montré que notre expérience d'un stimulus de la peau précède l'adéquation neuronale parce que le cerveau se réfère à l'expérience rétroactivement au moment de la relance, comme le montre le diagramme. Cela a exigé une expérience dans laquelle des impulsions sont appliquées directement sur le cortex sensoriel en même temps que les impulsions appliquées à la main. Lorsque cela a été fait, les impulsions de la peau ont été ressenties par le sujet comme se produisant avant les impulsions du cortex (qui ont également été ressenties dans la main, et non pas dans le cortex), même si on sait que le cerveau a besoin du même délai pour traiter les impulsions de la peau que les impulsions du cortex. C'est uniquement lorsque les impulsions de la peau ont été retardées d'environ 500 ms par rapport aux impulsions de cortex que les deux impulsions ont été ressenties simultanément. Cela montre que notre perception de la simultanéité et de la séquentialité sont subjectifs.]

 

En 1983, Libet [Initiative cérébrale Inconscient et le rôle de la volonté consciente dans l'action volontaire, Les Behavioral and Brain Sciences (1985) 529-566] a rapporté un ensemble encore plus profond d'expériences dans lesquelles un ensemble différent de sujets, sans électrodes implantées, initiait "volontairement" le muscle plutôt que de répondre à des stimuli sensoriels. Les signaux électromyogramme d'un déclenchement de doigt désigné ont été utilisés pour initier le stockage informatique des EEG réponses (le potentiel de préparation, RP), qui avait déjà paru sur le cuir chevelu avant les déclencheurs [voir schéma ci-dessous à partir de Alexander Riegler, Dont Anticipations? dans Butz, M., Sigaud, O., et Gérard, P. (eds), Anticipatory Comportement dans Adaptive Learning Systems: Foundations, théories et systèmes. Lecture Notes in Artificial Intelligence, Springer-Verlag (2003) 11-22].

 

libet 2.png

 

Un schéma simplifié de ces résultats est présenté ci-dessous:

 

libet 3.jpg

 

Les résultats ont montré que l'apparition du potentiel de préparation RP précédé du doigt l'action A de 550-1050 msec, mais la prise de conscience par l'expérience de l'envie d'effectuer l'action précède l'action du doigt de seulement 200 msec.environ (Cette prise de conscience ne peut être signalé par le mouvement du doigt parce que cela exigerait une autre décision pour l'action musculaire. Elle a été mesurée en associant la lecture d'une horloge électronique avec le début de sa prise de conscience de la décision.) Ainsi, le cerveau se prépare à accomplir un acte musculaire avant la prise de conscience d'une envie d'agir. Libet spécule qu'il pourrait être possible d'opposer son veto consciemment à cette action si il est fait dans le 100-200 dernier msec avant est de se produire. Cependant, parce qu'il n'y a pas d'action musculaire pour déclencher l'enregistrement d'un événement de veto, la vérification expérimentale des décisions conscientes de veto n'est pas possible. Indépendamment de cela, la possibilité de décisions de veto volitifs est rejetée par les considérations dans le paragraphe suivant, et par ceux des sections 5.10 et 5.12.

 

Les expériences de Libet pointent vers un concept général selon lequel une petite pensée manifestée doit toujours être valide. Ceci indique que tout ce qui arrive doit arriver avant que nous puissions en prendre conscience. Tout processus neurologique ou sensorielle arrive toujours avant notre prise de conscience de la pensée, du sentiment ou la sensation qui le représente. Dans les expériences de Libet, le retard de prise de conscience se situait entre 350 msec et 500 msec, mais la valeur exacte est sans importance. Tant que ce décalage existe, peu importe son importance, que ce soit une heure ou une microseconde, notre expérience subjective d'un événement doit toujours venir après la mesure objective de l'événement. En d'autres termes, le présent subjectif est toujours décalé du présent objectif, ou le temps subjectif est toujours décalé du temps objectif. [Parce que le cerveau a besoin d'environ 500 msec pour traiter un événement avant que nous puissions en prendre conscience, il est impossible pour nous d'être au courant de l'instant où le cerveau cesse de fonctionner, comme l'instant nous nous endormons (soit naturellement, soit sous anesthésie), ou l'instant nous mourons.]

 

Les conséquences de cette idée sont extraordinaires, révolutionnaires et de grande portée. Chaque pensée, sentiment, sensation, ou action se produit toujours objectivement avant que nous en prenions conscience subjectivement et donc il n'y a aucune possibilité de pouvoir l'éviter. Ceci inclut tous les choix ou les décisions qui sont prises. Nous vivons inévitablement dans le passé objectif de sorte que le présent et le futur objectif sont complètement hors de notre prise de conscience et de notre contrôle.

 

Source : Un cours en conscience - chapitre 5 - L'esprit conscient et le libre arbitre

Traduction: Alain



01/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Cache refresh
Cache refresh
Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser